La remontada fantastique !!!

A Lustrac (Lot & Garonne), le 9 avril 2017

Championnat de france DN1 - 1/4 de finale

US Trentels Ladignac XIII  32 :  33  Saint Martin XIII  (mi-temps : 26 : 08)

 Trentels (bleu et rouge) : 6 essais (6e, 12e, 18e, 28e, 40e, 75e), 4 transformations

Saint Martin (bleu et blanc) : 6 essais (Gellet (2) 24e et 34e, Graziani 43e, A. Andréani 65e, Chaput 73e, Massille 78e), 3 transformations de Gérin (43e, 65e, 73e) , 1 pénalité de Gérin 70e, 1 drop 80e (Gérin)

Saint Martin XIII : G. Gérin, M. Gellet , S. Bens, A. Andréani, M. Escapa, H. Martinez, S. Paulet, C. Montfort, J. Chaput, A. Morel, B. Honnorat, C. Andréani, C. Massille, J. Graziani, S. Flamencourt, C. Carré, A. Butin

Après 470 km parcourus en car, les Mérinos découvrent un coin de campagne idyllique en bordure du Lot et un joli terrain de rugby surgi de nulle part qui les verra s'opposer aux treizistes de l'US Trentels. Le décor de carte postale ne doit cependant pas faire oublier que ce qui va se dérouler ici n'aura bientôt plus rien d'une agréable partie de campagne contre des Lot et Garonnais sortis seconds de leur poule ouest et portés par un public nombreux.
Les garçons de la Crau s'étaient préparés à un sévère combat dans l'axe dès l'entame. Mais les locaux inscrivent leur jeu dans une toute autre filière avec une alternance de départs rapides au raz des tenus suivis par des transmissions rapides de la balle sur les extérieurs avec des meneurs n'hésitant pas à porter les ballons latéralement pour tenter de trouver des intervalles ou servir leurs 3/4  lancés sur des courses précises. Des adversaires moins massifs que ceux que les Cravens ont pu rencontrer dans leur poule de l'Est mais néanmoins solides et diablement vifs.

Trentels démarre le match pied au plancher et la défense Saint Martinoise, quelque peu lente à glisser sur ses extérieurs, est souvent prise en défaut. Cette domination se traduit très vite au niveau du tableau d'affichage avec 3 essais encaissés dans les 20 premières minutes et un score de 16 à 0 en faveur des locaux. Fort heureusement, les Mérinos ne lâchent pas et c'est sur le côté droit que la brèche est trouvée à la 24e minute par M. Gellet, essai non transformé. Dans la foulée les Saint-Martinois reviennent camper dans les 20m adverses mais ils perdent le ballon et permettent aux bleus et rouges d'enchaîner des tenus ultra rapides pour conclure leur chaîne par un nouvel essai (28e).  Servi à nouveau sur son côté droit, Gellet réduit à nouveau l'écart à 5 mn de la pause et permet au score de retrouver des proportions raisonnables. Hélas les locaux déchaînés font à nouveau parler leur vitesse et inscrivent un essai transformé à l'ultime minute de la 1re période, sifflée sur le score de 26 à 8 en leur faveur. Que se dire d'autre sinon qu'il reste 40 minutes pour tout donner et ne rien regretter. C'est un peu le sens du message que les cadres Saint-Martinois ont voulu faire passer : la saison allait se jouer dans ces 40 dernières minutes contre un adversaire qui n'allait certainement pas s'effondrer.

Dès leur retour sur la pelouse, les Mérinos en remettent une couche avec des avants qui rentrent inlassablement dans la défense adverse. L'objectif est de gagner des mètres, de dominer les placages et de se positionner au plus près de l'en-but. Ce travail de sape est récompensé à la 43e mn avec un ballon transmis à J. Graziani qui enfonce la défense trentelloise pour aplatir entre les perches (26-14). S'ensuit une période d'une vingtaine de minute où aucune équipe ne parviendra à marquer, les défenses multiplient les placages et les débats s'équilibrent entre les deux formations. C'est pourtant dans cette période que le pack Craven commence à prendre le dessus sur son vis à vis avec l'aide non négligeable de la chaleur qui  pèse sur les organismes. A la 65e mn c'est A. Andréani qui transperce et inscrit un essai transformé (26-20). Une pénalité à la 70e mn permet aux Mérinos de se rapprocher à 4 points de Trentels (26-22). Puis vient la libération à la 73e mn avec un essai du feu follet Chaput qui permet aux provençaux après transformation de mener pour la 1re fois du match (26-28). Un match que le Mérinos aurait pu tuer dès le coup d'envoi suivant puisque Julien Chaput réussit encore à trouver l'intervalle au niveau de ses 20m et s'échappe. Mais l'action est stoppée à juste titre par l'arbitre suite à un contact entre un Mérinos non porteur du ballon et le dernier défenseur Lot et Garonnais. Ceci leur donne 5 possessions de balles dans les 20m Saint Martinois et ils feront fructifier au mieux cette aubaine puisque leur pilier parvient à libérer la balle à 2m de l'en but pour servir un coéquipier démarqué qui n'a plus qu'à aplatir (32-28)  Trentels reprend l'avantage à 5 minutes de la fin dans une ambiance qui devient électrique. Le match devient fou entre 26 acteurs qui donnent tout ce qui leur reste d'énergie pour sortir victorieux d'un match d'une rare intensité. Il faut des nerfs solides et du cœur aux Mérinos pour réussir à garder la maîtrise du ballon et servir le véloce Massille sur le côté gauche qui aplatit du bout des doigts à la 78e. L'essai n'est pas transformé et on se dirige avec un score de parité (32 à 32) vers des prolongations qui s'annoncent irrespirables.
Mais voila qu'à l'ultime seconde du temps réglementaire, Gautier Gérin hérite du ballon à près de 35m des perches dans l'axe. Il arme le drop et claque une balle tendue qui semble devoir mourir sous la barre. Mais les bons anges du XIII sont Saint Martinois ce dimanche à Lustrac et le ballon passe à quelques millimètres au dessus. Ils ont accompli quelque chose de grand et se tombent dans les bras les uns les autres. La déception des trentellois est à la mesure de la joie des bleus et blancs, ce furent des adversaires des plus coriaces et valeureux qui méritaient tout autant la victoire que les Mérinos. Mais telle est la loi du sport, une saison tout entière peut se jouer sur un misérable point, c'est peu et c'est énorme ! 

L'ensemble du groupe est à féliciter pour cet exploit et cette qualification arrachée de haute lutte avec les tripes et le cœur. Une demi-finale qui se jouera le 14 mai prochain au stade Roustan à Salon de Provence contre les tarnais de Réalmont qui ont créé la sensation en éliminant les jaguars salonais sur le score de 24 à 21, c'est dire la qualité de l'adversaire qui se présentera face aux Mérinos.
Saint Martin XIII réitère sa performance de la saison passée en atteignant à nouveau le dernier carré du championnat DN1. Reste maintenant au collectif à préparer au mieux cet événement avec dans le viseur une place en finale qui signerait une nouvelle page dans l'histoire du club car synonyme du plus haut niveau de compétition jamais atteint par l'équipe sénior. 

Les Partenaires